On la trouvait plutôt jolie

Un appartement trop petit

Leyli, magnifique Africaine, née au Mali dans un petit village à deux cents kilomètres de Bamako, vit à Marseille depuis plusieurs années et y élève seule ses trois enfants. Elle vient d’obtenir un boulot dans un hôtel Ibis et rêve d’emménager dans un appartement plus spacieux. Elle se rend à FOS-IMMO pour plaider son dossier de re-logement.

Pendant ce temps, le même matin, une jeune femme sublime se trouve quelque part en ville. Dans un hôtel, le Red Corner, où elle retrouve un salarié de Vogelzug, une association qui s’occupe de migrants.

Quatre jours et trois nuits

Au fur et à mesure que s’écoulent les heures, tandis que chaque personnage déroule le fil de ses nuits et de ses journées, s’incruste dans le temps le récit de la vie de Leyli Maal, depuis son enfance.

Quatre jours et trois nuits, c’est le temps qu’il faudra à Julo  Flores, le jeune inspecteur basque arrivé depuis peu à Marseille et à son supérieur Petar Velika, yougoslave débarqué il y a plusieurs années dans la cité phocéenne, pour découvrir ce que cachent Leyli Maal et ses enfants, Bamby et Alpha, aux enquêteurs chargés d’élucider des meurtres.

Les personnages qui entourent la famille Maal sont saisissants de généreuse humanité, de timide drôlerie ou emplis de sombres desseins.

C’est l’histoire que raconte Michel Bussi dans son nouveau roman : On la trouvait plutôt jolie,  paru en Octobre 2017 aux Presses de la Cité,  dont le titre est un hommage à la chanson de Pierre Perret : « Lily »  ( allez, tu l’as fredonnée, toi aussi!) .

 

IMG_1837.JPG

 

C’est un excellent roman :  Michel Bussi égare le lecteur avec brio, le captive, et le bluffe carrément. Et c’est toujours finement construit et joliment écrit.

 

Quelque part à Marseille :

marseille-deluxe1

 

 

 

Et la chanson de Pierre Perret: