Jusqu’à ce que la vérité nous sépare

Rachel est dingue de Jack

Ils se connaissent depuis sept mois, partagent des moments lumineux et intenses de bonheur. Elle aime tout: sa peau, sa chaleur et l’amour avec lui. J’étais tellement mordue que je me surprenais souvent dans la glace, un sourire béat aux lèvres, quand je me démaquillais avec son savon Nivéa dans la salle de bains.

Une nuit, une lueur bleutée traverse la chambre, chatouille sa rétine et la réveille. L’ipad de Jack projette une lumière : un mail s’affiche sur l’écran de l’appareil. Rachel jette un rapide coup d’œil, elle ne connait pas le nom du correspondant, mais un mot la titille sérieusement : atrocité.

Ainsi commence le roman de Gillian McAllister, paru en Janvier 2018 aux éditions Bragelone – Milady,  Jusqu’à ce que la vérité nous séparetraduit de l’anglais (Grande Bretagne ) par Marie Ploux.

 

aa

 

Rachel doute de Jack

Ils se sont rencontrés il y a sept mois, elle attend un bébé (qu’ils appellent affectueusement Wally) depuis trois mois. Tout a été rapide, accepté, revendiqué. Jack est heureux à l’idée d’être père, il est ému. Rachel est intensément heureuse.

Mais, voilà, cette nuit-là, Rachel est troublée : quand elle lui signale que son ipad s’est éclairé parce qu’un mail lui était adressé, Jack nie en avoir reçu un .

Pourquoi lui ment-il ?  Et pourquoi ce mot : atrocité, utilisé par son mystérieux correspondant ?

Au fond que sait-elle exactement de Jack ?  Sans être franchement malhonnête, au premier abord, comme ça, il… a l’air assez curieux. Qui est-il vraiment ? Elle commence dès lors à scruter ses attitudes, ses gestes, ses réactions. A interroger ses amis.

Rachel a un secret

Elle veut connaître la vérité, découvrir la personnalité du père de son enfant ; difficile d’envisager l’avenir, une famille, avec un homme qui ment sur son passé. Mais qui est-elle vraiment, elle ?

Un an auparavant, elle a été virée de son poste dans un hôpital, hantée par le souvenir d’un gamin. En a -t-elle parlé à Jack ?

Cette phrase figure en première page du roman : « Les actes que nous commettons à l’insu d’autrui reflètent notre vraie personnalité. »  H. Jackson Brown Jr.

De quoi s’interroger sur la personnalité de chacun.

C’est un roman assez captivant. Le style est simple. L’histoire est racontée par Rachel ; les retours sur l’année précédant sa rencontre avec Jack  dessinent peu à peu sa  personnalité et la complexité des sentiments.